Theperfclub – Entraînez-vous comme un pro

Principe scientifique de l’entrainement : Différences individuelles

Vous pouvez écouter cette article en format audio :

Le principe des différences individuelles s’appliquent à tous les athlètes de la même manière. C’est le degré auquel ces principes affectent chaque personne qui est donc différent. En vérité, ce principe n’a que peut d’importance mais il reçoit souvent le plus d’attention. Les changements qu’il implique dans l’entrainement entre les athlètes est dans la quantité d’entrainement, mais pas la qualité. Ce qui signifie que la quantité d’entraînement que vous faites va être différente pour chaque personne. Un bon exemple est que des athlètes différents d’un même sport vont tous avoir plus ou moins le même type d’entrainement dans une certaine mesure. Que vous soyez grand ou petit, ou que vous soyez fort ou moins fort, votre entraînement ne sera pas radicalement différent.

La différence est entre les athlètes, les différences inter-individuelles.

Ce qui signifie que la différence entre vous et moi se manifeste sur différents aspects :

  • La taille de l’athlète : des athlètes plus grand et volumineux vont faire moins d’entraînement, ils vont avoir besoin de moins de volume, ils vont potentiellement faire moins de séances que des athlètes plus petits.
  • La force : des athlètes plus fort vont devoir faire moins d’entrainement en général car le poids absolu qu’ils lèvent est plus grand. Il est plus difficile de récupérer d’un soulevé de terre à 210 kilos qu’un soulevé de terre de 100kg.
  • Le genre : Les hommes et les femmes vont réagir différemment à l’entraînement. Les femmes peuvent généralement tolérer plus d’entraînement, plus de volume à une intensité plus élevée, plus proche de leur valeur absolue de leur maximum. Les hommes vont être du côté opposé à ce qu’ils vont s’entrainer avec moins de volume avec les intensités les plus élevées parce que le poids sera comparativement plus élevé, ils lèvent des poids plus importants que les femmes dans la plupart des cas.
  • La proximité avec le potentiel maximum : À quel point êtes-vous proche du sommet de votre carrière? À quel point votre potentiel génétique sera-t-il le plus exploité ? Plus vous serez proche de ce pic, plus cela affectera votre entraînement. Vous pourrez tolérer moins de volume et moins d’entraînement lorsque vous approchez de votre pic de carrière que si vous étiez au tout début.
  • La technique : nous aurons une grande différence sur la façon dont le volume d’entraînement d’une personne les affecte et à quel point l’entraînement qu’ils sont capables de faire. Un athlète qui a une technique très mauvaise est inefficace, il est lent. Ce type de technique va être difficile à maintenir sur de grands volumes d’entraînement car l’inefficacité et le manque de capacité à reproduire la technique de manière régulière va jouer un grand rôle.
  • Enfin, la différence de style de vie : peut-être que vous travaillez sur une semaine de 40 heures peut-être qu’un autre athlète ne travaille pas. Vous allez avoir une situation où vous aurez plus de mal à récupérer en ayant plus de stress hors entrainement, cela va diminuer votre capacité à tolérez l’entrainement. Vous utilisez beaucoup de ressources pour faire votre travail, de sorte que lorsque vous arriverez à l’entrainement, vous aurez moins de résultats, vous pourrez faire moins d’entrainement.

Les différences intra-individuelles.

Les différences entre « le vous » d’il y a quelques années et « le vous » d’aujourd’hui :

  • la taille et le poids : lorsque vous êtes plus jeune lorsque vous êtes plus petit, vous allez tolérer plus d’entrainement. A mesure que vous grandissez, ces choses seront différentes, vous allez devoir réduire le volume de d’entrainement, vous allez avoir du mal à maintenir le même niveau d’énergie quand vous étiez un enfant de 12 ans, puis quand vous êtes un homme de 30 ans.
  • Le niveau d’expérience : si vous vous entraînez depuis six mois versus si vous avez 16 ans d’expérience. Si au début de votre carrière vous étiez débutant et que maintenant vous êtes dans l’équipe nationale et allez participer aux jeux olympique, votre entrainement sera très différent.

Comment ces différents facteurs se manifestent dans le processus d’entrainement ?

  • Le volume : Parce que nous savons que le type d’entrainement ne change pas, c’est le degré auquel nous le faisons que nous pouvons analyser. Par exemple, un athlète très léger, disons une jeune femme de 15 ans pesant 48 kilo qui débute son sport en apprenant la technique. Elle va faire un volume énorme par rapport à un homme de 32 ans, de 105 kilos qui a concouru pendant 17 ans. Leur entraînement va se ressembler à ce qu’ils vont pratiquer leur sport et les mouvements techniques, des variations de ces exercices pour développer des faiblesses, etc. Ils ont toujours une structure avec différent blocs phasiques, ils vont travailler en surcharge etc. Toutes ces choses s’appliquent toujours mais la jeune femme, débutante et légère va faire beaucoup plus de volume et son volume maximal récupérable sera beaucoup plus élevé qu’un homme plus lourd et expérimenté.
  • Fréquence et la récupération : la fréquence est quelque peu liée au volume. Pour le même exemple que d’un athlète de plus de 100kg, il fait moins de volume parce que les poids sont plus lourds, il va y avoir une réduction de la fréquence car la courbe de récupération / adaptation est beaucoup plus grande pour ces grosses charges.
  • Selection d’exercices : cela va être beaucoup plus lié à la technique, mais c’est toujours applicable. Les deux profil d’athlètes vont faire les mêmes exercices qui ciblent les faiblesses, qui affectent la technique de chaque personne d’une manière qui est bénéfique. La différence est que la sélection d’exercices pour un athlète expérimenté va probablement être plus étroite. Il aura déjà compris après 16, 17 ans de compétition et d’entrainement quels exercices sont nécessaires, il a probablement passé beaucoup de temps à développer et à renforcer ces faiblesses, qui seront probablement très rares. Il va probablement passer la majeure partie de son temps sur les exercices les plus spécifiques. Un athlète moins expérimenté doit encore apprendre tous les aspects techniques, donc d’une variété d’exercices pour apprendre l’arsenal entier des différents exercices et développer les bases générales.
  • Intensité : un athlète plus léger et plus jeune peut s’entrainer à une intensité plus élevée parce que la valeur absolue est tellement faible (ex. 30 kg au squat) qu’il va être capable de travailler à la valeur maximale ou très proche très régulièrement sans problèmes de récupération. A l’inverse, un athlète plus lourd et plus fort, l’intensité va probablement être plus faible car il n’est pas nécessaire d’utiliser des poids à intensité élevé car la valeur absolue (ex. 200 kg au squat) va être plus élevé et nécessiter plus de récupération.


Progressez avec nous dès aujourd’hui !
De la création du profil de l’athlète jusqu’à l’analyse de votre programme.
Rejoignez la version beta gratuitement.


Articles recommandés

Gestion de la charge et de la fatigue – Introduction

Au cours des dernières décennies, le sport est devenu une industrie compétitive et professionnalisée. Les athlètes doivent composer avec des calendriers de compétition toujours plus chargé et doivent faire face...

Potentiation Post Activation : Utilisations Pratiques

Beaucoup de coaches et d'athlètes utilisent la Potentiation Post-Activation (PAP), sans vraiment comprendre pourquoi. Ils savent juste que cela fonctionne, alors ils continuent. Maintenant, on peut utiliser stratégiquement cette théorie...

La pliométrie pour améliorer la force maximale

Avant d'aller plus loin sur la pliométrie et ses impacts potentiel sur les gains en force, quelques rappels. La force peut être démontrée de plusieurs manières. En général, nous pouvons...

Vélocité et effort perçu (RPE)

RPE signifie taux d'effort perçu, adapté de l'échelle de Borg. Cette échelle est née dans le monde de la course à pied, mais elle est applicable aux sport de force...

Alimentation et entraînement : avant, pendant et après

Votre corps est votre véhicule, vous devez donc garder votre moteur en marche lorsque vous vous entraînez. Cela signifie alimenter votre corps en mangeant les bons aliments et en buvant...

Weekend Archives: The Standing Overhead Press – Mark Rippetoe, , Starting Strength

The correctly-performed Press (incorrectly-performed exercises do not count) is not merely perfectly safe for the shoulders. More importantly, the Press is the best exercise for keeping shoulders strong and injury-free....

Weekend Archives: My Experiences with Starting Strength – Colin Webster, , Starting Strength

"I had read about strength and conditioning topics for years, and learned a few things at the tutelage of some legendary Steelers who really know their stuff. He reminded me...

Questions from the Lovers – Fix It In Post | Starting Strength Radio #89 – Mark Rippetoe, , Starting Strength

A live Q&A episode in which Rip takes call-in questions from Starting Strength fans. Read More

Entraînement en force pour les athlètes d’endurance

Un athlète d'endurance qui entraîne sa force gagne un avantage compétitif L'entraînement en force peut être un énorme avantage pour vos performances, que vous soyez un cycliste, coureur, triathlète, nageur......

Coach Recruiting – Careers in the New Fitness Industry Update – Inna Koppel, , Starting Strength

Starting Strength Gyms coach recruiter and Starting Strength Coach Inna Koppel discusses updates to the Starting Strength Coach pipeline and answers commonly asked questions about working at a Starting Strength...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

EnglishFrançais