Theperfclub – Entraînez-vous comme un pro

Charge interne

Méthodes de surveillance de la charge interne

Perception de l’effort

L’évaluation de l’effort perçu (EPR) est l’un des moyens les plus courants d’évaluer la charge interne. L’utilisation de l’EPR est basée sur la notion qu’un athlète peut surveiller son stress physiologique pendant l’exercice et fournir rétrospectivement des informations concernant son effort perçu après l’entraînement ou la compétition. Les preuves suggèrent que l’EPR est bien corrélée avec la fréquence cardiaque pendant les exercices à l’état d’équilibre et les entraînements cyclistes à intervalles de haute intensité, mais pas aussi bien pendant les exercices de football de courte durée à haute intensité [ 11 ]. En outre, une méta-analyse de la littérature a rapporté que si l’EPR est un moyen valable d’évaluer l’intensité de l’exercice, la validité peut ne pas être aussi élevée qu’on le pensait auparavant [ 12]. Par exemple, les coefficients de validité moyens pondérés pour la fréquence cardiaque (FC), le lactate sanguin et le pourcentage d’absorption maximale d’oxygène ( V O 2max ) étaient respectivement de 0,62, 0,57 et 0,64 [ 12 ]. L’EPR est également souvent combiné avec d’autres variables telles que la durée de la séance, la FC et le lactate sanguin pour fournir des informations supplémentaires sur la charge interne subie par l’athlète.

Évaluation de la session de l’effort perçu (RPE)

Foster [ 13 ] a développé la méthode RPE de session pour quantifier la charge d’entraînement, qui consiste à multiplier l’EPR de l’athlète (sur une échelle de 1 à 10) par la durée de la session (en minutes). Cette méthode simple s’est avérée valide et fiable, avec des corrélations individuelles entre l’EPR de session et les scores de zone HR additionnés compris entre r  = 0,75 et r  = 0,90 [ 13 ]. Des recherches ultérieures sur l’entraînement au football ont identifié des corrélations individuelles entre les zones RPE et HR (allant de r  = 0,54 à r  = 0,78) et une corrélation de r  = 0,84 a également été rapportée chez les athlètes d’endurance [ 14]. La méthode RPE de session a été développée pour éliminer le besoin d’utiliser des moniteurs de fréquence cardiaque ou d’autres méthodes d’évaluation de l’intensité de l’exercice. Bien que la méthode RPE de session puisse être simple, valide et fiable, l’ajout d’une surveillance RH peut aider à comprendre une partie de la variance qu’elle n’explique pas.

Fréquence cardiaque (FC)

La surveillance de la FC est l’un des moyens les plus courants d’évaluer la charge interne chez les athlètes. L’utilisation de la surveillance de la FC pendant l’effort est basée sur la relation linéaire entre la FC et le taux de consommation d’oxygène lors de l’exercice à l’état d’équilibre [ 15 ]; cependant, le pourcentage de FC maximale est souvent utilisé pour prescrire et surveiller l’intensité [ 14 ]. En raison de la variation quotidienne de la FC, qui peut atteindre 6,5% pour une FC sous-maximale [ 16 ], il est important de contrôler des facteurs tels que l’hydratation, l’environnement et les médicaments.

Ratio HR / RPE

L’examen des indicateurs physiologiques et perceptifs de charge à une intensité sous-maximale fixe peut fournir des informations sur l’état de fatigue de l’athlète. La combinaison de la FC et de la perception des mesures d’effort (ratio HR – RPE) peut aider à élucider la fatigue [ 17 ]. Par exemple, la charge interne d’un cycliste qui a une FC sous-maximale réduite en combinaison avec un RPE élevé, peut être très différente de celle d’un cycliste avec un rapport FC – RPE normal [ 1 ].

Impulsion d’entraînement (TRIMP)

L’impulsion d’entraînement (TRIMP) est souvent considérée comme un moyen utile d’évaluer la charge d’entraînement [ 1 ]. Un TRIMP est une unité d’effort physique qui est calculée en utilisant la durée de l’entraînement et la FC maximale, au repos et moyenne pendant la séance d’exercice [ 18 ]. D’autres dérivations du modèle TRIMP initial de Banister [ 19 ] ont été développées. Il s’agit notamment du TRIMP d’Edwards, qui utilise le temps accumulé dans cinq zones FC arbitraires multiplié par un facteur de pondération [ 20 ]. Le modèle TRIMP de Lucia est similaire à celui d’Edwards; cependant, il existe trois zones HR basées sur des seuils de lactate déterminés individuellement et sur le début de l’accumulation de lactate dans le sang [ 21]. En outre, l’utilisation d’un TRIMP individualisé (iTRIMP) a été développée pour une utilisation chez les coureurs [ 22 ] et récemment testée chez des joueurs de football [ 23 ]. L’utilisation de l’iTRIMP réduit les problèmes associés aux zones arbitraires et aux pondérations génériques et il a été démontré qu’il est mieux relié que les modèles TRIMP précédents aux changements de vitesse à 2 mmol L −1 chez les jeunes footballeurs professionnels [ 23 ]. Cependant, les auteurs reconnaissent l’expertise et les ressources techniques et scientifiques requises pour ce type de surveillance de charge interne individualisée.

Concentrations de lactate

La concentration sanguine de lactate est sensible aux changements d’intensité et de durée de l’exercice [ 24 ]; cependant, il existe un certain nombre de limites potentielles à l’utilisation de la surveillance régulière des concentrations de lactate pendant l’entraînement et la compétition. Il s’agit notamment des différences inter et intra-individuelles d’accumulation de lactate en fonction de la température ambiante, de l’état d’hydratation, du régime alimentaire, de la teneur en glycogène, de l’exercice précédent et de la quantité de masse musculaire utilisée, ainsi que des procédures d’échantillonnage (heure et site) [ 14 ].

Rapport lactate / RPE

Semblable au rapport HR-RPE, le rapport lactate / RPE peut être utile pour déterminer la charge interne et identifier la fatigue chez les athlètes [ 25 ]. Encore une fois, les changements de ces paramètres à une charge de travail sous-maximale fixe peuvent être utiles pour identifier les changements physiologiques et perceptifs de la charge interne.

Récupération HR (HRR)

La récupération de la FC (HRR) est la vitesse à laquelle la FC diminue à l’arrêt de l’exercice et a été suggérée comme étant un marqueur de la fonction autonome et du statut d’entraînement chez les athlètes [ 26 ]. Le système nerveux autonome se compose des systèmes sympathique et parasympathique, l’augmentation de la FC pendant l’exercice étant le résultat d’une activité sympathique accrue associée à une réduction de l’activité parasympathique. La HRR se caractérise par une activité opposée du système nerveux autonome, avec une augmentation de l’activité parasympathique et un arrêt de l’activité nerveuse sympathique [ 27 ]. La HRR peut être calculée sur des intervalles de temps variables, généralement entre 30 s et 2 min, la différence entre la FC de fin d’exercice et la FC à 60 s après l’exercice étant la plus couramment utilisée [ 26 ].

Dans une revue récente sur le HRR et le suivi des changements dans le statut de la formation [ 26 ], il est suggéré que le HRR s’améliore avec un statut de formation accru, reste inchangé lorsqu’il n’y a pas de changement dans le statut de la formation et diminue lorsque le statut de la formation est réduit. Il a ensuite été conclu que, à l’exception de la sur-portée (où la recherche est contradictoire), le HRR pourrait être utilisé pour surveiller l’accumulation de fatigue chez les athlètes [ 26 ]. Cependant, les considérations mentionnées dans la Sect. 6.3 concernant la normalisation des facteurs susceptibles d’influencer les RH sont également pertinents pour les RH.

Variabilité RH

La mesure de la variabilité de la FC (VRC) au repos ou après l’effort a été suggérée pour indiquer à la fois des adaptations positives et négatives à l’entraînement [ 28 ]. Cependant, les différentes approches méthodologiques employées, ainsi que la forte variabilité quotidienne des facteurs environnementaux et homéostatiques, ont conduit à des résultats incohérents dans la littérature scientifique [ 28 ]. En tant que tel, il a été démontré que la VRC augmente sans modification de la forme physique ( V O 2 max ) [ 29 ] et diminue parallèlement à l’augmentation de la forme physique [ 30 ]. Des augmentations, des diminutions et aucun changement de la VRC ont également été signalés dans la littérature sur le surentraînement [ 31]. Pour surmonter certaines incohérences dans les résultats, il a été suggéré que les moyennes mobiles hebdomadaires et sur 7 jours ont une validité plus élevée que les mesures sur une seule journée [ 32 ]. Bien que divers indices de la VRC puissent être mesurés, Plews et al. [ 28 ] préfèrent l’utilisation du logarithme népérien de la racine carrée de la somme moyenne des différences au carré entre les intervalles R – R (Ln rMSSD). Cela est dû au coefficient de variation inférieur par rapport aux autres indices, au manque d’influence de la fréquence respiratoire et au fait que les données peuvent être collectées sur une courte période et facilement calculées. Comme c’est le cas avec la majorité des outils de suivi des athlètes d’élite, un suivi longitudinal et une compréhension des réponses individuelles du VRC à l’entraînement, au taper et à la compétition sont essentiels.

Évaluations biochimiques / hormonales / immunologiques

Une quantité relativement importante de recherches a été menée sur une gamme de réponses biochimiques, hormonales et immunologiques à l’exercice, principalement dans le but de surveiller la fatigue et de minimiser la fatigue excessive et la maladie. Il est hors de la portée de cet article de passer en revue la littérature dans ce domaine; cependant, en bref, aucun marqueur définitif n’a encore été identifié.

L’activité de la créatine kinase sérique est souvent une mesure populaire en raison de la simplicité de la collecte et de l’analyse des échantillons; cependant, la variabilité de cette mesure est très élevée et une mauvaise relation temporelle avec la récupération musculaire existe [ 10 ]. Il a été démontré que les mesures du cortisol salivaire et de la testostérone ont une certaine relation avec la performance chez l’athlète dépassé; cependant, l’utilité de ces mesures pour quantifier régulièrement la charge interne n’a pas été examinée [ 33 ]. D’autres mesures hormonales et marqueurs suggérés de la fonction immunitaire, tels que l’immunoglobuline salivaire A, l’activité des cellules tueuses naturelles et l’activité phagocytaire des neutrophiles n’ont pas non plus été examinés de façon systématique, potentiellement en raison à la fois des frais et du temps requis pour l’analyse [ 34 ] .

En résumé, l’utilisation de mesures biochimiques, hormonales et / ou immunologiques comme indicateurs de la charge interne n’est actuellement pas justifiée sur la base des recherches limitées dans ce domaine. En outre, ces mesures peuvent être coûteuses, longues et peu pratiques dans un environnement appliqué [ 10 ].

Questionnaires et agendas

Les questionnaires et les journaux peuvent être un moyen relativement simple et peu coûteux de déterminer la charge d’entraînement et les réponses ultérieures à cette formation. Cependant, les questionnaires et les journaux reposent tous deux sur des informations subjectives, qui peuvent devoir être corroborées par des données physiologiques [ 11 ]. Il est possible pour les athlètes de manipuler des données et / ou de surestimer ou sous-estimer la charge d’entraînement. Surtout, la fréquence d’administration du questionnaire et la longueur du questionnaire doivent être prises en compte pour maximiser la conformité et éviter la «fatigue» du questionnaire. Un certain nombre de questionnaires sont identifiés dans la littérature et utilisés par les programmes de sport de haut niveau [ 5 ]. Il s’agit notamment du Profil des états d’humeur (POMS) [ 35], Le questionnaire de récupération-stress pour les athlètes (REST-Q-Sport) [ 36 ], l’analyse quotidienne des exigences de la vie des athlètes (DALDA) [ 37 ] et l’échelle de récupération totale (TQR) [ 38 ].

Alors que les questionnaires peuvent fournir des informations subjectives simples et souvent utiles, des facteurs tels que la fréquence d’administration, le temps nécessaire pour répondre aux questions, la sensibilité du questionnaire, le type de réponse requise (réponses écrites ou encerclant les réponses), l’heure du jour où le temps nécessaire pour une rétroaction appropriée devrait être pris en compte.

Vitesse psychomotrice

Les athlètes fatigués signalent souvent des troubles de la concentration et des troubles cognitifs [ 39 ]; par conséquent, une enquête sur la vitesse psychomotrice pourrait fournir un aperçu de la charge cognitive induite par l’exercice. Des altérations de la vitesse psychomotrice après 2 semaines d’entraînement en surcharge ont été observées chez des cyclistes bien entraînés [ 40 ] et chez des cyclistes fonctionnellement débordés [ 41 ]. La vitesse psychomotrice est le plus souvent évaluée à l’aide du temps de réaction informatisé et des tâches de traitement rapide des informations visuelles et peut donc être abordable. Bien que cette mesure puisse être applicable pour l’examen des athlètes dépassés, elle n’a pas encore retenu l’attention de la recherche dans le domaine de la détermination de la charge cognitive en tant qu’indicateur de la charge interne.

Dormir

La perte ou la privation de sommeil peut avoir des effets significatifs sur les performances, la motivation, la perception de l’effort et la cognition ainsi que de nombreuses autres fonctions biologiques [ 42]. La surveillance de la qualité et de la quantité du sommeil peut être utile pour une détection et une intervention précoces avant d’observer des diminutions significatives des performances et de la santé. L’utilisation de simples journaux indiquant les heures de sommeil et la qualité perçue du sommeil peut être utile. D’autres méthodes non invasives telles que l’actigraphie (dispositif de montre-bracelet utilisant l’accélérométrie) peuvent fournir des informations plus détaillées sur des périodes plus courtes de 7 à 14 jours. L’actigraphie peut fournir des données sur l’heure du coucher, l’heure du réveil, la latence d’endormissement (temps nécessaire pour s’endormir), le réveil pendant le sommeil et l’efficacité du sommeil (estimation de la qualité du sommeil), ainsi que des informations sur les routines de sommeil. En raison de la connaissance croissante de l’importance du sommeil, la surveillance et l’évaluation du sommeil sont de plus en plus populaires auprès des athlètes d’élite, des entraîneurs et du personnel de soutien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *