Theperfclub

Application de suivi des athlètes :
7 choses à savoir

Optimisez les séances, évitez les blessures et performer quand il le faut.

Beaucoup de questions apparaissent quand vient le moment de choisir une application de suivi des athlètes. Le suivi des athlètes n’a pas besoin d’être un fardeau ou une solution de haute technologie, et certains entraîneurs se débrouillent très bien pour communiquer avec les athlètes sur ce qu’ils ressentent. 

Je suis dérangé par le mantra « Measure What Matters » qui est populaire aujourd’hui dans certains domaines, probablement une réponse à trop de battage publicitaire derrière la promesse de la science du sport. Bien que je sois totalement conscient avec le fait que les entraîneurs ne veulent pas prendre plus de temps pour le suivi des athlètes, dans ce climat de responsabilité découlant d’une pratique fondée sur des données probantes, il est temps de faire quelque chose pour bien choisir une application de suivi des athlètes. Si vous suivez déjà vos athlètes, cet article vous aidera à mieux le faire. Si vous ne le faite pas, cela vous aidera à démarrer du bon pied.

1. Qu’est-ce que le suivi des athlètes exactement ?

J’ai peut-être passé sous silence l’évidente nécessité de définir le suivi sportif. En termes simples, le suivi consiste à prendre des mesures répétées d’un athlète pour aider à guider le processus d’entraînement avec des données pertinentes. La définition n’est pas passionnante, mais le domaine du monitoring a besoin d’une terminologie plus précise. Certains entraîneurs et athlètes utilisent le mauvais langage de manière interchangeable et oublient que le processus de suivi est répété et continu tout au long de la période pendant laquelle un athlète s’entraîne et concourt.

Un programme de suivi utilisant plusieurs approches réduit le risque qu’un problème devienne incontrôlable.

La période de suivi d’un athlète peut être courte avec des approches spécifiques, mais toute la période doit utiliser une approche longitudinale et c’est la raison pour laquelle un questionnaire subjectif quotidien est vital. 

Les avantages de l’utilisation d’une application de suivi des athlètes sont :

  • Cela conduit à une communication efficace et succincte entre les athlètes et le staff.
  • Il réduit les blessures et les maladies grâce à l’observation des tendances et des changements.
  • Il améliore les résultats de l’entraînement en gérant la fatigue et la forme avec une plus grande précision.
  • Il vous aide à mieux comprendre les processus d’entraînement et de récupération des athlètes.
gestion de la forme d'une équipe

La suivi des athlètes peut être low-tech ou high-tech, ou une combinaison de techniques et de technologies analogiques. Tant que la science est valide et fiable, et que le processus est durable, les coachs devraient se sentir encouragés à utiliser la méthode qui leur convient le mieux. En général, un bon programme de suivi sportif utilise plusieurs approches pour réduire les risques qu’un problème devienne incontrôlable. La plupart des décisions sur la façon de faire son suivi avec une application ou non proviennent de défis budgétaires et logistiques, ainsi que de l’expérience et de l’expertise avec les informations collectées.

 

2. Les applications de suivi des athlètes fonctionnent-t-elles ou est-ce simplement du battage publicitaire ?

Les applications de suivi des athlètes sont-elles une proposition vouée à l’échec ou est-ce un parachute doré pour les préparateurs physique ? La science est claire sur le fait que la quantification de la charge et de la forme peut aider à réduire les blessures et à améliorer les résultats, mais comme les recherches sont contradictoires, la plupart des entraîneurs ne perdent pas le sommeil quand ils ne font pas ce suivi. Un bon état d’esprit à avoir avec le monitoring est que plus d’informations  pertinentes et valides aideront à résoudre le problème des erreurs dans l’entraînement, mais le chaos de la vie jettera toujours une inconnu dans un programme parfait sur le papier. Ce n’est pas que le suivi ne fonctionne pas, elle ne peut tout simplement pas tout faire.

Le Monitoring peut booster un programme d’entraînement, si le coach écoute les données.

La plupart des entraîneurs veulent savoir si une application de suivi des athlètes réduira le risque de blessures et améliorera l’entraînement pour élever le plafond de conditionnement et de puissance. Il existe des preuves que le monitoring est précieux dans la recherche, mais ce qui est toujours discuté, ce sont les athlètes qui «s’échappent». Mon expérience est qu’un programme de suivi est aussi bon que le programme d’entraînement, mais un programme d’entraînement peut être renforcé par le suivi si l’entraîneur écoute les données.

Traitez le suivi des sportifs comme un filet de pêche : ce n’est aussi bon que si le filet est large et que les trous sont petits. Suite à l’analogie, vous ne pouvez attraper du poisson que lorsque vous allez dans l’eau, et dans l’environnement actuel,  vous devrez peut-être voyager plus loin pour obtenir ce que vous recherchez. Je vois tellement d’entraîneurs collecter un ensemble de données (filet étroit) et utiliser des approches grossières (gros trous). Je ne reproche à personne de ne pas avoir le temps ou le budget, mais si vous voulez vraiment faire la différence, vous devez être dévoué.

C’est normal et acceptable de voir des blessures apparaître dans un programme même si tous les indicateurs sont au vert, ou un athlète échouer parce qu’il n’a pas fait beaucoup de progrès. Cela arrivera de temps en temps. Cependant, il n’est pas acceptable de ne rien faire pour aider un athlète en ce qui concerne le monitoring, car éviter complètement les responsabilités de suivi est aujourd’hui non professionnel et contraire à l’éthique. Il y a peut-être 10 ou 20 ans, demander à un athlète ce qu’il ressent était commun, mais aujourd’hui, vous devez en faire plus.

Rien n’est garanti dans la vie, alors ne vous attendez pas à ce que le suivi soit un Saint Graal dans l’entraînement et le conditionnement. L’essentiel de ce que fait une application de suivi des athlètes est d’aider les jeunes entraîneurs à éliminer la négligence et la bêtise d’un programme d’entraînement et de permettre aux entraîneurs expérimentés de prendre des décisions plus précises. Le suivi ne créer pas de meilleurs entraînements ; il récompense simplement de meilleurs entraînements en amplifiant ce qui est bon dans le système. Peut-être une meilleure façon de dire cela est que le suivi améliore les bons programmes, rend les mauvais programmes moins dangereux et rend les programmes moyens au-dessus de la moyenne.

3. Les entraîneurs en ont-ils marre des initiatives de suivi et de science du sport ?

Le suivi et même la mesure de la charge d’entraînement ont perdu beaucoup d’élan ces derniers temps, en raison des promesses excessives des entreprises de technologie du sport et de la précipitation à embaucher des scientifiques du sport au niveau professionnel. Ce n’est pas que les application de suivi des athlètes ne sont pas efficaces ou que la science du sport n’est pas utile – le problème est probablement les attentes et le manque d’application. Lorsque les entraîneurs sont quotidiennement spammés et harcelés par des appels et des emails indésirables, il leur est difficile d’avoir de l’énergie pour essayer quelque chose de nouveau. Le battage médiatique et le marketing extrême des entreprises ainsi que la mentalité de culte et la pression politique des collègues professionnels de la performance sont tous deux à blâmer.

Les entraîneurs ne sont pas épuisés par trop de suivi ou de science du sport – ils sont épuisés par le barrage sans fin de promesses et le rythme des recherches qui en découlent. La technologie évolue si vite et la combinaison des deux crée tellement de changements que l’entraîneur moyen est dépassé et abandonne ou en fait juste assez pour avoir l’impression de faire quelque chose. Je ne blâme personne de détester le mot « suivi », mais parfois, vous devez simplement aller de l’avant et faire ce que la science dit et ce que vos expériences vous disent.

Émotionnellement, il est facile de reprocher au suivi de la performance de ne pas fonctionner lorsque vous en avez besoin, mais personne ne blâme les haltères pour les blessures aux ischio-jambiers ou l’herbe pas assez verte lorsque vous en avez besoin pour jouer. Le suivi fonctionne, et vous devez faire tout ce que vous pouvez pour y consacrer de l’énergie et du temps.

4. Quelles sont les options pour un bon suivi des athlètes?

Lorsque vous décidez des moyens techniques de suivi des athlètes, vous disposez de moyens de mesure de la charge interne et externe. La plupart de le suivi que nous voyons est un suivi passif ou physiologique comme la VRC pour évaluer la charge interne, mais le suivi peut également être une observation de la charge d’entraînement. 

Les coachs classent parfois les données de suivi en deux catégories, en particulier les données subjectives rapportées par l’athlète et les données objectives recueillies par le staff. Les données subjectives et objectives ne sont pas opposées, elles fonctionnent plus étroitement si elles sont vues correctement. Ce que l’athlète vous dit est sa façon de communiquer, et l’information objective n’est pas un test de détecteur de mensonge, c’est juste ce que son corps vous dit. Parfois, les données correspondent et parfois elles ne sont pas du tout congruentes. Ne soyez pas contrarié et ne pensez pas que le suivi vous fait perdre du temps, acceptez simplement que la perception n’est pas la même chose qu’une charge de travail mécanique.

Tester n’est pas faire un suivi, mais techniquement, si les informations peuvent montrer des tendances de fatigue, vous pouvez les considérer comme faisant partie d’un programme de suivi. Habituellement, un suivi sportif est plus proche du quotidien et les tests sont plus connectés à du moyen terme. Étant donné que le changement d’adaptation est lent, les tests sont appropriés pour l’entraînement, mais le suivi de la santé et de la fatigue doit avoir un rythme qui permet la prise de décision quotidienne.

Le suivi de la santé et de la #fatigue doit avoir un rythme qui permet la prise de décision quotidienne.

Le GPS, appelé plus judicieusement tracking des athlètes, grâce à une nouvelle technologie comme le suivi par satellite, est souvent abordé dans le cadre de le suivi. Bien que, techniquement, la charge d’entraînement soit davantage du côté de la gestion du suivi, il est toujours bon de l’utiliser comme moyen de voir la fatigue. Les données d’entraînement sont surveillées, mais les méthodes passives sont considérées comme utiles car elles ne risquent pas d’augmenter la fatigue ou de prendre du temps pour un entraînement plus efficace. Les tests de sauts verticaux sont un excellent exemple de collecte d’informations sur la fatigue, mais le faire tous les jours est monotone et il est peu probable que les athlètes améliorent réellement la puissance des jambes grâce au simple test, comme le permet la musculation.

 

5. Problèmes du monde réel et défis liés aux rôles

Vient maintenant le moment de parler concret dans l’article, alors que je partage certains des avantages et des inconvénients du suivi dans le monde réel. Si vous êtes un entraîneur et que vous souhaitez aider vos athlètes, assurez-vous que tous les membres de l’équipe sont impliqués ou ce sera un processus long et douloureux. Alors que certains entraîneurs peuvent prétendre que le suivi échoue à cause d’une mauvaise culture, le suivi échoue parce que les personnes impliquées ont des agendas distincts qui peuvent ne pas correspondre à ceux des autres. Voici les six personnalités que les entraîneurs doivent prendre en compte avant de créer un programme de suivi des athlètes.

qu'est ce que l'autorégulation

L’athlète :  La personne la plus impliquée est la personne en compétition, et elle doit s’engager dans le processus et considérer le suivi comme faisant partie de son travail. Le suivi n’est pas une punition. Les athlètes ont tendance à voir le suivi comme quelque chose que le coach veut plutôt que quelque chose dont ils ont besoin. Certains athlètes peuvent simplement vouloir jouer, mais ne confondez pas leur motivation à la compétition avec un manque de désir de se préparer à la compétition. Ceux qui ont tendance à ne pas se soucier de l’entraînement n’ont aucun intérêt à faire ce suivi, donc si vous avez un problème pour collecter des informations, c’est probablement parce qu’ils n’apprécient pas l’entraînement.

Le personnel médical :  La réduction des blessures était à la mode il y a des décennies, et les évaluations orthopédiques peuvent détecter certaines blessures potentielles. Pourtant, le passage des facteurs de risque dues à la charge d’entraînement est maintenant la nouvelle norme. Le personnel médical se soucie davantage du suivi dans le cadre de la réathlétisation, car la nécessité de mieux ramener un athlète est désormais sous un microscope plus public.

Coach sportif : Aujourd’hui, un coach sportif est toujours en charge de la plupart des sports et de la plupart des niveaux de compétition. Alors qu’un coach a la majeure partie de la responsabilité de gagner, il est probablement aussi le moins informé de ce qui se passe physiquement et médicalement. Le suivi peut aider les coach à comprendre la cause et l’effet de l’entraînement. Outre l’athlète, la personne la plus importante dans le suivi est le coach sportif, car il a le plus d’influence sur la charge d’entraînement en raison de la conception de la pratique.

La direction : ne se soucie pas seulement de gagner ; ils se soucient de l’image du programme et de l’aspect commercial de l’équipe. Les aspects juridiques et budgétaires du sport doivent être valorisés, car la science du sport n’est qu’une partie d’un programme. Tout le monde devrait considérer le suivi comme un moyen responsable d’entraîner les athlètes et une opportunité de les développer. Au niveau professionnel, le développement des athlètes peut consister à créer de la valeur pour les échanges ou des deals avec les joueurs.

Les scientifiques du sport : la haute performance exige un système basé sur des preuves, la logique, la raison et maintenant les données. Le poste de scientifique du sport fait maintenant partie du sport d’élite quotidien dans les rangs professionnels. Le suivi et l’interprétation des données font partie du travail du scientifique du sport, mais si une équipe n’a pas de scientifique du sport , la responsabilité incombe au personnel médical et/ou de performance. 

Le préparateur physique :  La personne la plus utile pour la réduction des blessures est le préparateur physique, et il s’agit probablement du membre de l’équipe au bas du totem. Dans le passé, de nombreux préparateurs physique étaient simplement réactifs et transformés en « spécialistes de la récupération » par des coach sportifs trop zélés qui en faisaient trop, trop tôt. Aujourd’hui, le rôle du préparateur physique gagne en importance, mais ils sont encore souvent le bouc émissaire des blessures.

6. Comment équilibrer l’aspect technologique des applications de suivi des athlètes et l’élément humain

Certains entraîneurs et même des scientifiques ont averti que trop de technologie pourrait être un problème potentiel de communication avec les athlètes, ou qu’un individu développe des capacités internes pour évaluer le rythme ou l’effort. Je ne suis pas d’accord, et la recherche sur le biofeedback  dit que la rétroaction objective est un problème. En fait, l’utilisation de commentaires objectifs est idéale pour briser les barrières.

D’un autre côté, je suis d’accord pour dire que trop de temps passé devant un écran est une mauvaise idée pour les athlètes, mais ce n’est pas vraiment un problème de suivi ou de technologie, c’est un symptôme de choix de vie. Jusqu’à présent, aucune recherche n’a démontré que l’utilisation d’une application de suivi des athlètes avait un effet négatif sur le développement des athlètes à quelque niveau que ce soit. D’ailleurs, corrélation n’est pas causation, mais si on voit le niveau des athlètes il y a 20 ans et ceux d’aujourd’hui, ceux d’aujourd’hui sont meilleurs.

application de suivi des athlètes

Grâce aux évolutions, le niveau des athlètes d’aujourd’hui est meilleur que ceux d’il y a 20 ans.

D’un point de vue sociologique, il est logique que le temps en face à face soit important avec les athlètes. La raison? La plupart des informations qui se perdent avec les SMS, il est donc important d’avoir des périodes, même très brèves, qui assurent une réelle présence. La technologie n’est pas conçue pour remplacer l’élément humain ; si c’est bien fait, la technologie l’améliore.

Je préfère être alerté d’un problème avec les questionnaires de bien-être et pouvoir saisir une question ou aider quelqu’un que d’être laissé dans le noir. Une application de suivi des athlètes contribue à améliorer le temps que chacun investit à l’entraînement ou la rééducation, et un suivi supplémentaire supprime les premières couches de discussion. Je préfère me lancer dans l’entraînement avec des questions préventives ou des données physiologiques plutôt que de me voir remettre un problème en direct sans avertissement.

Des périodes sans technologie ni rétroaction biologique peuvent aider les athlètes qui n’écoutent pas leurs signes perceptifs internes. L’option polarisée consistant à ce qu’un athlète n’utilise pas la technologie mais soit tout de même enregistré est un excellent moyen pour les individus de faire confiance à leurs propres expériences perceptives et d’apprendre à écouter leur corps. Je n’ai aucun scrupule à ce que les athlètes veuillent se connecter davantage à leurs propres instincts, mais je pense que les entraîneurs qui n’ont absolument aucun retour objectif laissent leur ego entraver les résultats. Ce n’est pas que la technologie crée un problème avec les athlètes qui comprennent et ressentent l’effort et la fatigue, c’est juste la mauvaise utilisation de la technologie disponible qui est un problème.

7. Faites le suivi de ce qui compte pour vous et vos athlètes

Chaque entraîneur et athlète utilise un système d’entraînement différent, comme l’application de suivi des athlètes que vous choisissez. Pourtant, certains catalyseurs universels de récupération, comme le sommeil et l’alimentation, sont très influents sur le processus.

Vous ne pouvez savoir ce qui a de la valeur avec le #monitoring que lorsque vous le faites réellement

Un autre point pertinent est que vous ne pouvez savoir ce qui est précieux avec le suivi que lorsque vous le faites réellement, alors ne vous moquez de rien avant de l’avoir essayé pendant plusieurs saisons. Aucun programme n’est parfait, et certainement aucune application de suivi des athlètes ne l’est non plus, mais les résultats proviennent de la connaissance des facteurs qui aident ou nuisent au processus. Les suppositions ne peuvent jamais tenir la chandelle.

 

ThePerfClub permet aux professionels du sport de mieux entraîner leurs athlètes avec des données de performance sur la charge d’entraînement et le niveau de forme

 

theperfclub version 2

Articles recommandés

6 composants d’un bon programme d’entraînement d’endurance

Pour créer un bon programme efficace, il faut intégrer de nombreux éléments complexes, qui doivent tous être combinés de la bonne manière pour que l’athlète réussisse. Un bon programme d’entraînement…

Votre arme secrète pour atténuer la fatigue dans la chaleur estivale

La chaleur estivale ne doit pas vous empêcher de vous entraîner. Choisissez le bon moment de la journée, fixez votre intensité et assurez-vous d’être hydraté. Les longues journées d’été semblent être…

SUIVI DES SPORTIFS : 4 MÉTHODES PAS CHÈRES

Le suivi des sportifs à l’aide de la charge d’entraînement est crucial pour découvrir les réponses individuelles à l’entraînement et à la compétition, prédire les niveaux de fatigue et réduire le risque…

Qu’est-ce que l’intensité d’entraînement et comment la mesurer ?

L’intensité d’entraînement peut être mesurée de différentes manières. Découvrez les avantages de mesurer votre intensité pendant que vous vous entraînez et comment ThePerfClub vous aide à rester sur la bonne voie….

Croyances vs faits : pourquoi vous avez encore besoin de jours de repos, même lorsque vous vous sentez bien

Les jours d’entraînement les plus importants de la semaine peuvent être les jours de repos et de récupération. Cet article explore les idées communes que les gens ont pendant sur…

Coaching à distance ou en ligne : comment soigner vos suivis

Profitez d’excellents outils de coaching à distance pour aider vos athlètes à se sentir connectés, inspirés et forts. Essayez gratuitement ThePerfClub. Dans cette nouvelle ère numérique, il peut être difficile…

Fidéliser les sportifs : 4 conseils pour vos coachings 

Suivez ces quatre stratégies pour encourager et fidéliser les sportifs à long terme, ainsi que l’amélioration des performances de votre athlète au fil du temps. Qu’est-ce qui caractérise la fidélisation…

9 façons d’être un bon coach en ligne

Profitez d’excellents outils et technologies pour devenir un meilleur coach en ligne pour aider vos sportifs à distance à se sentir connectés, inspirés et forts. Essayez gratuitement ThePerfClub. Développez vos…

Faut-il faire du sport pendant les règles ?

Pourquoi vous devriez faire du sport pendant les règles ? Faire du sport pendant les règles peut vous aider à développer vos muscles plus rapidement avec une meilleure récupération le…

Systèmes nerveux sympathique et parasympathique : comment ils fonctionnent

Les systèmes nerveux sympathique et parasympathique régulent la fréquence cardiaque, la pression artérielle, la température, la digestion et d’autres fonctions, nous permettant d’ajuster ces activités sans pensée consciente. Le système nerveux…