Theperfclub

Comment organiser votre semaine d’entrainement : le microcycle

Obtenez des recommandations d’entraînement avec ThePerfClub :  gérez la charge d’entraînement, la fréquence et la surcharge de semaine en semaine.

desktop theperfclub

Note sur le microcycle : Vous pouvez appliquer ces principes pour n’importe quel sport, en prenant en compte vos forces, faiblesses, votre emploi du temps et les priorités à travailler pour la performance spécifique à votre sport.

Surcompensation et gestion de la fatigue

Appliquons les principes de récupération et adaptation et de gestion de la fatigue pour trouver une bonne organisation de la semaine d’entrainement (microcycle).

Surcompensation & microcycle

La surcompensation, ou l’effet de progression suite à un entrainement, intervient à différentes échelles de temps. On peut avoir des progrès sur une saison (ex. macrocycles), un bloc de travail de plusieurs semaines (ex. mesocycle), mais également sur une une semaine (microcycle).

Cet effet de progrès sur la semaine est la base de la surcharge de semaine en semaine. Si on ne progressait pas d’une semaine à l’autre, on ne pourrait pas surcharger.

Exemple d’un mois d’entrainement avec 3 microcycles de surcharge, un microcycle de décharge

Sur un microcycle, on ne peut pas surcharger d’un jour à l’autre comme sur le schéma, cela violerait le principe de variation, qui veut que l’on ait un panel d’exercices différents pour susciter le progrès, et la gestion de la fatigue ne serait pas bonne.

Si on applique ce principe au microcycle, une meilleure application serait d’avoir :

  • des entrainements difficiles en terme de volume, ou le corps est soumis au stimuli/stress de l’entrainement : ce sont ces séances que l’on surcharge d’un microcycle à l’autre
  • des entrainements plus légers ou en tout cas qui facilitent la récupération des muscles et schémas moteurs stressés pendant les séances difficiles : qui nous permettent de se concentrer sur la technique, d’avoir une récupération active, et pourquoi pas de monter en intensité dans la mesure ou le volume est plus faible (l’intensité étant un facteur qui ne suscite pas autant de fatigue que le volume)
  • une séance ou l’intensité est élevée, avec un volume plus faible : cette séance nous sert d’indicateur de performance (KPI)

Toutes ces séances seront dirigées vers l’objectif du mesocycle. Par exemple, si l’objectif est l’hypertrophie, améliorer son 8 Répétition Maximum (RM), si on est en cycle de force améliorer sont 3 RM, ou encore si on veut atteindre un pic de forme, améliorer son 1 RM !

 

Gestion de la fatigue et microcycle

Au cour de la semaine et des séances à différents niveaux de volume et d’intensité, différentes filières de fatigues sont sollicités (article détaillé sur la gestion de la fatigue) :

  • fatigue musculaire,
  • nerveuse
  • et technique

Comment donc faire cohabiter ces facteurs avec beaucoup de volume ? Faire récupérer l’un pendant que l’on en travaille un autre !

 

Déterminer la fréquence d’entrainement dans le microcycle

C’est à dire, le nombre de jour ou l’on s’entraine.

Plus ne veut pas forcément dire mieux, mais il est certain qu’il faut s’entrainer suffisement pour avoir une adaptation vers des progrès (article détaillé sur l’adaptation fonctionnelle et la fréquence).

Voici une simplification, si l’on choisit de s’entrainer :

  • 3 jours : ce qui semble être le minimum. On peut faire 3 séances, non consécutives ou l’on fera 3 « Gros entrainements », beaucoup de volume/intensité. Ex. Lundi, mercredi, vendredi.
  • 4 jours : nous oblige à avoir au moins 2 jours consécutifs (s’entrainer 4 jours d’affilé et repos 3 jours ne serait pas optimal). On se concentrera sur le fait de faire 3 séances à haut volume/intensité juste après un jour de repos, et une séance plus légère après une de ces séances. Ex. Lundi lourd, mercredi lourd, jeudi léger, samedi lourd. OU si on ne s’entraine que la semaine : Lundi lourd, mardi léger, mercredi lourd, vendredi lourd.
  • 5 Jours : nous avons plusieurs possibilités :
    • 3 + 2 : S’entrainer 3 jours (ex. lundi, mardi, mercredi) puis prendre un jour de repos (jeudi), puis faire 2 jours d’entrainement (vendredi et samedi) : On s’assurera que le mardi soit une séance légère, pour récupérer d’une grosse séance le lundi, et ne pas être trop fatigué pour une grosse séance le mercredi. Le samedi pourra également être une décharge légère après un vendredi intense après un jour de repos.
    • 4 + 1 : S’entrainer 4 jours (lundi-jeudi), prendre un jour de récupération et s’entrainer 1 jour (samedi). On s’assurera dans cette configuration, que les 4 jours alternent jours à haut volume/intensité avec séance plus légères. Et on pourra tout donner le samedi !
    • On pourrait aussi s’entrainer 5 jours d’affilé, en alternant jours légers et lourds.

 

Voir une illustration avec mon programme en haltérophilie.

 

 


Progressez avec nous dès aujourd’hui !
De la création du profil de l’athlète jusqu’à l’analyse de votre programme.
Rejoignez la version beta gratuitement.

 

Articles recommandés

Comment créer votre programme d’entraînement

Il est facile de se laisser submerger par tous les aspects de la science de l’entraînement sans avoir un entraîneur. Dans cet article, on décrit les bases pour créer votre programme…

Top 5 des exercices pour un meilleur soulevé de terre

Le soulevé de terre est pour tout le monde Pour quiconque se consacre au développement de la force, l’une des principales convictions est qu’il est essentiel d’incorporer des mouvements composés…

Retour à l’entraînement après une pause

INTRODUCTION Pour assurer un bon retour à l’entraînement, rappelez vous que votre premier entraînement n’est pas important pour votre progression future. Ce n’est pas non plus le moment idéal pour…

La science derrière la construction d’une base aérobie

Dans cet article, plongeons dans la science et la physiologie de l’entraînement de base aérobie et son application dans votre programme.

4 exercices de pliométrie pour prévenir les blessures

Ces exercices de saut sont conçus pour augmenter la puissance et prévenir les blessures pour de meilleures performances. Nous pensons souvent à la pliométrie pour améliorer ses courses en sprints…

Les jours de récupération : importance, fréquence et choses à éviter

Apprenez à optimiser les jours de récupération pour améliorer les performances et la récupération lors des entraînements, y compris les avantages d’une récupération active et d’une bonne nutrition. Si vous…

Une nouvelle façon de quantifier la charge musculaire

Présentation d’une façon unique en son genre de mesurer la tension exercée sur votre corps pendant l’entraînement en force. ThePerfClub quantifie la charge musculaire de vos entraînements en suivant les poids,…

Tests de condition physique : capacité aérobie et VO2 Max

Inclure des tests de condition physique dans votre programme d’entraînement peut vous aider à vous entraîner plus intelligemment à long terme. Voici comment tester et améliorer régulièrement la capacité aérobie…

L’importance du journal d’entraînement pour le suivi de vos performances

Tenir un journal d’entraînement peut avoir un impact majeur sur le succès de votre programme d’entraînement. Voici comment. De nombreux athlètes tiennent un journal d’entraînement pour suivre leurs performances. Avant…

Pourquoi les athlètes d’endurance féminines doivent s’entraîner en force

L’entraînement en force est une composante de l’entraînement que de nombreuses athlètes d’endurance féminines négligent. Voici les raisons de s’entraîner en force ainsi que quelques exercices clés que vous pouvez…